Un actif sur quatre au chômage partiel

La directrice du SECO, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, a dévoilé les chiffres du chômage partiel.
Keystone La directrice du SECO, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch, a dévoilé les chiffres du chômage partiel.

Près d'un quart des actifs en Suisse, soit 1,3 million de personnes, sont au chômage partiel, a déclaré samedi la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Au Tessin, où près de 8000 demandes de chômage partiel sont déposées par semaine, ce taux atteint 40%.

Malgré les mesures confirmées mercredi par le Conseil fédéral, dont 60 milliards de francs, la cheffe du Seco a répété que l'économie suisse ne sortira pas sans dommage de cette crise.

Pour les autorités, l'important est pour l'heure de permettre d'assurer les salaires des employés et d'éviter les faillites des entreprises, a précisé Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

Marché automobile en chute libre

Le marché automobile allemand a connu en mars sa pire chute en raison du Covid-19.
EPA/Keystone Le marché automobile allemand a connu en mars sa pire chute en raison du Covid-19.

Le marché automobile allemand a connu en mars sa pire chute en près de 30 ans en raison de la crise du coronavirus.

Les immatriculations se sont effondrées de 37,7% sur un an et toutes les marques allemandes sont en baisse, selon l'agence nationale de l'automobile KBA. La marque VW de Volkswagen, leader du marché, a ainsi perdu 35% sur un an, Audi 36%, Mercedes 28% et BMW 21%. Opel, filiale de PSA, cède même 52%. 

Les constructeurs automobiles ont fermé leurs usines et succursales de vente. Des dizaines de milliers d'employés sont au chômage partiel alors que l'Allemagne a prolongé les mesures restrictives sur la vie quotidienne au moins jusqu'au 19 avril.

VD/presse: La Région réduit son équipe

Le journal La Région Nord vaudois doit réduire son équipe.
Keystone Le journal La Région Nord vaudois doit réduire son équipe.

La presse locale vaudoise souffre de la crise du coronavirus. C'est le cas de La Région Nord vaudois, basée à Yverdon-les-Bains, qui doit se séparer de quatre collaborateurs ou collaboratrices, dont un journaliste, à la suite de la chute des revenus publicitaires.

Le journal du Nord vaudois avait déjà nettement baissé sa pagination et sacrifié depuis une semaine les éditions du mardi et du jeudi. Il doit cette fois réduire son équipe constituée d'une vingtaine de personnes.

"On ne pouvait pas faire autrement", explique Philippe Dubath, président du conseil d'administration. "Il faut des mesures pour viser la survie du titre, et il faut les prendre vite".

Deux autres journaux au chômage partiel

Les journaux fribourgeois La Liberté et La Gruyère vont recourir au chômage partiel.
Fotolia Les journaux fribourgeois La Liberté et La Gruyère vont recourir au chômage partiel.

Les journaux fribourgeois La Liberté et La Gruyère recourent à leur tour au chômage partiel. Cette décision fait suite à la diminution "brutale" de leurs revenus publicitaires et aux perspectives économiques fortement assombries par la pandémie de Covid-19. 

Dès le 20 avril, et sous réserve de l'approbation de l'autorité compétente, les équipes du quotidien fribourgeois et du trihebdomadaire gruérien, verront diminuer leur taux d'occupation, indique le groupe Saint-Paul, qui édite les deux titres.

D'autres médias ont recouru au chômage partiel, comme TX Group (ex-Tamedia), les radios de l'Arc jurassien, Radio Fribourg ou le Quotidien jurassien.

Demande d'une prime pour les caissières

Les rentes AVS ne sont pas suffisantes, affirme Pierre-Yves Maillard, président de l'USS.
Keystone Les rentes AVS ne sont pas suffisantes, affirme Pierre-Yves Maillard, président de l'USS.

Le président de l’Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard a annoncé sur RTSinfo appuyer une revendication pour que la prise de risque des caissières soient récompensée.

"Une prime de 2000 francs serait souhaitable", assure Pierre-Yves Maillard, qui cite en exemple d'autres primes offertes dans la grande distribution en Europe, par exemple les 1000 euros décidés en France.

A plus long terme, le président de l'USS déplore le manque de garanties offertes aux caissières par des conventions collectives de travail. "Elles sont trop rares, et ce serait un moyen de mieux réguler l'organisation du temps de travail", juge-t-il.

Ouverture du marché de l'électricité

En ouvrant totalement le marché, le gouvernement veut mieux intégrer les énergies vertes.
Keystone En ouvrant totalement le marché, le gouvernement veut mieux intégrer les énergies vertes.

Les petits consommateurs, PME et ménages, devraient pouvoir choisir librement leur fournisseur d'électricité. Le Conseil fédéral propose une ouverture totale du marché, pour favoriser la production décentralisée et mieux intégrer les énergies vertes.

Seuls les gros consommateurs (plus de 100'000 kWh/an) peuvent actuellement choisir librement leur fournisseur. Le gouvernement souhaite que les ménages et les petites entreprises aient également cette possibilité.

La libéralisation est cependant balayée par l'USS. Celle-ci juge que le système actuel a fait ses preuves, les prix de l'électricité étant restés stables ces dix dernières années en Suisse. 

Volonté de réformer l'impôt anticipé

L’impôt anticipé et le droit de timbre de négociation portent préjudice au marché suisse des capitaux. Le Conseil fédéral veut rectifier le tir et a mis vendredi en consultation une réforme de la loi sur l'impôt anticipé.

Les paiements d’intérêts sur les obligations d’entreprises suisses sont soumis à un impôt anticipé de 35%. Les obligations suisses ne sont donc guère attrayantes pour la plupart des investisseurs, même si ces derniers ont droit à un remboursement.

Pour parer à ces problèmes, le Conseil fédéral veut passer au principe de l'agent payeur et donc supprimer le droit de timbre de négociation sur les obligations suisses.

VS/BE: les BLS adaptent leur offre

Les BLS ont décidé d'adapter leur offre en Valais et dans le canton de Berne.
RTS Les BLS ont décidé d'adapter leur offre en Valais et dans le canton de Berne.

Les pendulaires entre Domodossola et Brigue (VS) bénéficieront de liaisons supplémentaires dès le 6 avril. Entre Bienne et Berne, les trains de nuit du vendredi et du samedi soir sont supprimés dès le 11 avril. 

Un train a été ajouté à 05h33 au départ de Domodossola et un train quittera Brigue à 17h33, indiquent vendredi les BLS. Cette offre aidera ainsi les pendulaires à respecter la distance sociale. Le canton du Valais a donné son accord.

Les dernières liaisons de la soirée entre Berne et Bienne seront elles interrompues. Cela concerne le train au départ de Bienne à 00h26 et celui au départ de Berne à 01h12.